Poitou


Le Poitou était une province française dont la capitale était Poitiers.

Il y a un marais appelé le Marais poitevin dans l'ancien golfe du Poitou, sur la côte occidentale de la France, juste au nord de La Rochelle.

Image manquante
Poitou_Charentes_1.png
Armoiries du Poitou
Sommaire

Histoire

Batailles du Seuil du Poitou

Le seuil du Poitou, comme passage stratégique entre les bassins parisien et aquitain, a plusieurs batailles importantes :

Antiquité

Voir Pictons

Moyen Âge

Invasions

Plusieurs peuples s'installèrent en Poitou : Taifales, Angles, Sarmates ; ce furent cependant les Wisigoths qui le réunirent à leur royaume d'Aquitaine au IVe siècle jusqu'à la bataille de Vouillé (voir plus haut).

Les comtes de Poitiers s'affranchirent à partir du IXe siècle de la suzeraineté lointaine des rois de France, et établirent une principauté qui s'étendit entre Loire et Pyrénées.

Voir aussi la liste des Raids normands en Poitou et pays de la Charente

Bas Moyen Âge

Après le mariage de la dernière Ramnulfides Aliénor d'Aquitaine avec d'abord le roi de France Louis VII le Jeune puis son divorce et son remariage avec le Plantagenêt roi d'Angleterre, le Poitou conserva une certaine autonomie. Il supporta mal de la voir remise en cause, et la noblesse poitevine le manifesta par de nombreuses révoltes : tout d'abord contre le roi d'Angleterre en 1173-1179, 1188 et 1194 ; puis en 1219-1224 et 1242 contre le roi de France. Cette révolte s'acheva à la bataille de Taillebourg.

Par la suite et jusqu'à la fin du Moyen Âge, la noblesse poitevine participa à tous les mouvements de contestation du pouvoir central.

Les Comtes de Lusignan dont la dynastie selon la légende fut fondée par Mélusine et Raymondin furent rois de Chypre et de Jérusalem sur plusieurs générations. Ils furent à leur époque aussi puissants que le furent les comtes de Toulouse.

XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Les Poitevins forment une partie importante des colons venus en Nouvelle-France.

Histoire récente

Voir Histoire du Poitou-Charentes

Divers

Pour le Régiment d'Ancien Régime appelé le Régiment du Poitou, voir le 25e régiment d'infanterie de ligne

Blasonnement

Image manquante
Blason_Comtes_Poitiers.png


Les armoiries du Poitou, armes de fief de la province de Poitou et armes des comtes héréditaires du Poitou sont :

« D'argent au lion de gueules à la bordure de sable besantée d'or »

Il existe encore de très nombreuses représentations de ces armes en vitraux ou sculptées à Poitiers et dans toute l'ancienne province du Poitou. Elles sont décrites comme telles (blason du Poitou, armes de fief) à partir du XIIIe siècle dans les rôles d'armes. On n'en trouve pas d'antérieures, car ce n'est qu'Aliénor d'Aquitaine qui fixa l'usage du lion rampant comme emblème du Poitou.

Image manquante
Blason_Alphonse_Poitiers.png


Après la conquête du Poitou par Philippe Auguste, la maison de Poitou (à travers les Plantagenêt) ne reconnu pas cette confiscation et continua d'utiliser ses armes traditionnelles au lion rouge. Alphonse de Poitiers devenu comte apanagiste de la province avait pour armoiries : « Parti de France et de Castille. Alias, Parti au I d'azur semé de fleurs de lys d'or, au II de gueules semé de châteaux d'or »

Ces armes étaient les armes personnelles d'Alphonse, de France brisée de Castille (les châteaux d'or sur fond de rouge), comme tous les fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille.

Les châteaux n'ont jamais été les identifiants du comte de Poitou, et ne sont les meubles emblèmatiques de la province de Poitou que récemment.

Une anecdote historique contemporaine d'Alphonse nous montre que les armes considérées comme légitimes des comtes de Poitiers étaient les armes au lion rouge. Alphonse lui-même les faisait lever pour justifier son titre de comte : à la bataille de Taillebourg (1242), Richard de Cornouailles, comte de Poitou en titre, et Alphonse, comte en titre et en possession, utilisèrent tous les deux, pour justifier leur titre, des bannières au lion rouge du Poitou. Pour se différencier du Capétien, le Plantagenêt avait utilisé une bordure noire à pièces jaune (de sables à besants d'or). Mais plusieurs soldats peu au fait des subtilités héraldiques se sont regroupés sous une bannière du Poitou se sont ainsi trompés de camp et ont été fait prisonniers.

Plus d'info sur cette anecdote

Longtemps après la conquête du Poitou, les chevaliers poitevins continuèrent à se ranger derrière les bannières au lion rouge, dernier emblème du Poitou autonome.

Au XIXe siècle, quelques chercheurs ont attribué des tours à la province de Poitou, cinq en sautoir, puis cinq en chevron, puis trois en chevron, puis une seule, enfin deux en chef, une au centre, deux en pied. Ces variations des armes du Poitou trouva de l'écho auprès de la Commission des Armoiries du régime de VIchy, qui attribua à la province cinq châteaux or sur fond rouge (de gueules à cinq châteaux d'or).

Cependant au cours de l'histoire, les armes au lion rouge du Poitou ne sont pas tombées dans l'oubli, elles ont servi de base aux armes héraldiques des maisons (maréchaux et sénéchaux du Poitou) et des villes de Châtellerault, Mauléon et de Poitiers, capitale du Poitou. Cette dernière ville, ironie de l'histoire, a même conservée la version besantée du prince de Cornouailles, avec un chef aux lys d'or des rois de France, mêlant ainsi les armes des deux ennemis sur son blason.

Les éléments emblèmatiques du Poitou sont le lion rouge et la main ouverte.

Spécialités culinaires

Entrées

Fromages

Gâteaux

Vins et spiritueux

Friandises et petits gâteaux

Poitevins célèbres

Animaux

Patois

Voir aussi

See also: Poitou, 1173, 1179, 1188, 1194, 1219, 1224, 1242, 1569